Nov 102014
 

 

Pourquoi cette fixation sur Anne de Bretagne ? Telle était une des questions que se posait Nathalie Appéré, maire (PS) de Rennes et députée d’Ille-et-Vilaine, dans une interview récente parue dans l’Express

http://www.lexpress.fr/region/bretagne-n-agitons-pas-la-question-identitaire_1609717.html

Le Maire de Rennes ne peut ignorer le fait qu’au cours de cette année du 500 ème anniversaire de la mort d’Anne de Bretagne, de nombreux événements ont été organisés dans sa bonne ville de Rennes dont le dernier n’était pas un des moindres puisque les Rennais ont pu découvrir pour la première fois le magnifique reliquaire du cœur d’Anne de Bretagne exposé tout le mois d’Octobre au Musée de Bretagne.

Par contre le Maire de Rennes ignore sans doute que les quelques panneaux explicatifs de l’exposition rennaise consacrée au reliquaire (traduits en partie pour l’occasion en breton) comportaient des erreurs historiques si énormes qu’on est en droit de se demander si elles ne relèvent pas une nouvelle fois d’un révisionnisme jacobin délibéré de l’Histoire de Bretagne :

– Dans le premier panneau (photo ci-jointe) l’explication vague et fantaisiste : « L’écrin du cœur d’Anne de Bretagne est aujourd’hui vide : le cœur physique de la reine a disparu au cours de l’époque moderne, sous l’effet du temps et des inondations fréquentes du tombeau »

LA VERITE : Le 25 décembre 1793 sur un ordre révolutionnaire donné par le tristement célèbre Carrier le reliquaire contenant le coeur d’Anne de Bretagne est saisi à la cathédrale de Nantes et porté à la Monnaie de Nantes pour y être fondu en lingots : c’est donc en ce triste jour de Noël 1793 que fut détruit le cœur charnel de la duchesse Anne. Quant au reliquaire il échappe miraculeusement à la fonte à la Monnaie de Nantes (lire en fin d’article la véritable histoire du reliquaire).

Dans le deuxième panneau traduit en breton (photo ci-jointe) on lit : « 1791 : le tombeau est déplacé à la cathédrale de Nantes où il est toujours visible aujourd ‘hui »

LA VERITE : ce n’est qu’en 1817 que le tombeau des parents d’Anne de Bretagne (dont les éléments ont été secrètement enterrés au début de la Révolution pour échapper à la destruction) est remonté dans le transept sud de la cathédrale de Nantes où il demeure toujours.
Alors Madame le Maire pourquoi en effet cette fixation sur Anne de Bretagne au point que soit occultée dans votre propre Ville de Rennes la véritable histoire du reliquaire d’Anne de Bretagne et du tombeau de ses parents ? Est-ce pour ne pas ternir au yeux des bretons la sacro-sainte Révolution Française qui non contente d’avoir aboli les droits particuliers de la Bretagne a doublement profané le tombeau de sa dernière duchesse à Saint-Denis et le réceptacle de son cœur à Nantes ? Une seule certitude historique : dans 500 ans personne ne fera une fixation sur la très jacobine Maire de Rennes Nathalie Appéré !
NB : LA VERITABLE HISTOIRE DU RELIQUAIRE DU COEUR d’ANNE DE BRETAGNE

Le 19 Mars 1514, soit 70 jours après sa mort survenue le 9 Janvier, le coeur d’Anne de Bretagne contenu dans un reliquaire en or est déposé selon son voeu par le Chancelier de Bretagne Philippe de Montauban dans le caveau de ses parents à la Chapelle des Carmes à Nantes.
Sous la Révolution suite à la vente comme bien national de la Chapelle des Carmes le caveau est ouvert le 17 Février 1792 et les dépouilles de Francois II et de son épouse transférées et inhumées dans la cathédrale de Nantes, le reliquaire contenant le coeur d’Anne de Bretagne est, lui, confié au clergé de la cathédrale. Quant au tombeau de la Chapelle des Carmes qui devait être détruit, il est acheté par l’architecte de la Ville qui l’enterre dans le Jardin des Plantes afin de le protéger de la destruction pendant la tourmente révolutionnaire.

Le 20 Mars 1793, suite à la réquisition par les révolutionnaires du plomb des seize cercueils des ducs (dont celui des parents d’Anne de Bretagne) et des évêques inhumés dans la cathédrale de Nantes, ces sépultures sont sauvagement profanées et les ossements ducaux et épiscopaux mis au jour et dispersés dans la cathédrale de Nantes.

Le 25 décembre 1793, sur un ordre révolutionnaire donné par le tristement célèbre Carrier, le reliquaire contenant le coeur d’Anne de Bretagne est saisi à la cathédrale et porté à la Monnaie de Nantes pour y être fondu en lingots : c’est donc en ce triste jour de Noël 1793 que fut détruit le cœur charnel de la duchesse Anne. Cependant le reliquaire échappe miraculeusement à la fonte à la Monnaie de Nantes et est finalement transféré comme joyau remarquable à la Monnaie de Paris. Retrouvé en 1816 au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale, il fut rendu en 1819 aux Musées départementaux de Loire-Inférieure (actuellement Loire-Atlantique) : exposé à partir du 25 Juin 1886 au musée départemental d’archéologie, il est ensuite transféré le 18 Avril 1896 au Musée Dobrée.

En 1817 le tombeau des parents d’Anne de Bretagne dont les éléments ont été enterrés au début de la Révolution est remonté dans le transept sud de la cathédrale de Nantes où il demeure toujours.

En 2007 le Musée Dobrée  prête pour une durée de 6 mois le reliquaire au Musée du Château des Ducs lors de l’inauguration d’une exposition sur Anne de Bretagne dans un château rénové : il retourne au Musée Dobrée fin Septembre 2007.

En 2010 à la suite de la fermeture du Musée Dobrée pour travaux (réouverture en 2015) le reliquaire est relégué dans un dépôt annexe du Musée Dobrée, il n’en sortira qu’en 2014 pour être exposé à Nantes, Blois, Chateaubriant et Rennes.

Fin 2014 : le reliquaire doit-il regagner le dépôt annexe du Musée Dobrée en attendant sa réouverture (au mieux en 2015) ou rejoindre selon le vœu d’Anne de Bretagne le tombeau de ses parents à la cathédrale de Nantes ? La question reste ouverte.

Jakez de POULPIQUET, membre du Conseil de Breizh Europa, Président de Tudjentil Breizh

 

Réseaux sociaux :

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.